Récit de vie·Roman

Homage d’un cri de douleur

9782253164265fsPremière approche avec Delphine de Vigan et, le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est réussi.
Quand j’y pense, j’avais l’impression de lire un film de Sofia Coppola.
Delphine de Vigan nous parle de Lucile, sa mère, en alternant des phases de souvenirs familiaux avec des questionnements sur l’écriture de cette oeuvre avec une maîtrise et une émotion puissantes.

Dans un pragmatisme méticuleux et un phrasé magnifique, nous débutons dans l’enfance de Lucile pour y découvrir sa fratrie et ses parents.

Au fil de pages, nous partageons sa vie peu commune, ses angoisses d’enfant concernant l’attention de sa mère, ses relations avec ses frères et sœurs, et, soudain, l’auteur nous fera part de ses angoisses à elle concernant la rédaction de ce roman. L’importance qu’il revête pour elle et sa famille, le risque qu’elle prend en l’écrivant, pourquoi elle l’écrit et ce qu’elle y cherche vraiment. Elle replonge alors sans préambule dans le passé de sa mère; les hommes qu’elle a rencontrés, son travail.

Cette alternance est constructive et particulièrement intéressante pour appréhender la réalité de l’écriture.

La singularité de la vie Lucile a le mérite de ne pas nous ennuyer. On s’attache à elle, à sa mère, à ses frères et sœurs; on s’inquiète pour eux et on se demande si cela finira par s’arranger. Plusieurs fois, j’ai eu envie de la prendre dans mes bras et de lui dire « ça va aller« .

Cependant, scindée en trois, l’histoire subit un forme de flop en dernière partie. La vie de Lucile reste singulière, mais, bizarrement, cette partie perd de son attrait. L’auteur y fait son apparition, ainsi que sa sœur, mais nous sommes dans une époque que nous connaissons, des idées et des conditions qui nous sont familières et cela perd légèrement de son charme après l’intensité des deux premières parties. Bien que le vague à l’âme de Lucile continue de nous tirailler les entrailles, jusqu’à nous mener à un dénouement dont nous craignions l’arrivée depuis la première page.

L’écriture est magnifique et fonctionne parfaitement, la puissance du roman nous saisit de par son émotion et sa profondeur. Une histoire poignante, coulis d’introspection psychologique sur un fond de quête personnelle, saupoudré de drame familial : Comment y résister ?

Un commentaire sur “Homage d’un cri de douleur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.