Fantasy·Roman

Jaine Portvaillant : Le déferlement, sous tous les sens du terme

81-cwoxma5lCe déferlement sonne comme une vraie délivrance, je vous le confie. Plongé dans le monde de Warcraft depuis un bon moment maintenant, j’ai eu le loisir de savourer, ou non, une certaine lacune dans la qualité des romans.
Christie Golden connaît son sujet, c’est indéniable. Le fond est formidable de richesse et de cohérence, mais la forme pèche toujours. Je ne lis, pour le moment, que des versions françaises, donc traduites, je devrais peut-être me mettre à l’anglais… Je vais me mettre à l’anglais.

Cependant, dans ce roman centré sur le personnage fascinant de Jaina Portvaillant, le fond et la forme font la paire et offrent une histoire passionnante, riche, poignante et fichtrement bien écrite (traduite) !

La jeune dirigeante de Theramore doit faire face à la menace que représentent Garrosh Hurlenfer et son arrogance. La complexité des intrigues politiques entre l’Alliance et la Horde se tisse élégamment au fil du roman et le caractère des personnages s’exacerbent tout autant.

Il faut avouer que Jaina est probablement l’un des personnages les plus réussis du roman; encore heureux, elle tient l’affiche ! Elle nous présente sa bonté, sa chaleur et sa générosité aux travers de divers événements de son quotidien et de ses fréquentions. À l’instar de Kalecgos, on ne peut s’empêcher de fondre pour elle.
Nous la suivons également dans sa chute et ses tourments, vivant avec elle sa souffrance et sa haine avec une intensité très bien retranscrite et palpable.

De l’autre côté du conflit, nous suivons les manigances de Garrosh pour diriger SA Horde. Il ne fait évidemment pas l’unanimité et impose ses décisions d’une poigne de fer. Les personnages de Baine et Vol’Jin prennent encore une fois une belle part pour tenter d’apaiser les choses devant un chef de guerre buté et sourd au bon sens.

Beaucoup seraient à croire que ce genre de roman n’apporte que peu de chose. Cependant, celui-ci aborde des sujets très profonds tels que la vengeance, l’ambition aveugle, la manipulation et le sacrifice.

Maintenant que je l’ai refermé, je confirme que je suis tombé amoureux du personnage de Jaina de par sa force et ses faiblesses, que je suis bien triste que Thrall n’ait pas eu plus de c******* au c** et que les personnages attachants et sensés n’aient pas plus de succès. Mais, comme dirait une personne que j’apprécie : « Oui, mais c’est pour le lore ».

2 commentaires sur “Jaine Portvaillant : Le déferlement, sous tous les sens du terme

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.