Film·Science-fiction

Quelque chose s’est réveillé, mais quoi ?

052074Comme toutes personnes sensées ayant connu l’engouement pour les deux premières trilogies, il est évident que je me suis rué dans mon cinéma local pour assister à ce retour de la saga Star Wars sur le grand écran. C’était il y a un an.

Cependant, par honnêteté, je n’ai pas voulu me baser sur les brumes de souvenir que j’en ai gardé. Je me suis donc replongé dans l’oeuvre de J.J. Abrams une nouvelle fois avant d’écrire cette critique. Ai-je bien fait ?

J’ai passé un réel bon moment, je ne peux pas le nier. Le trouble reste malgré tout présent alors que les pour et les contre s’alignent. Je vais peut-être faire gueuler les fans inconditionnels de la licence, et les autres, mais je ne peux résumer cette expérience qu’ainsi : C’est un bon film de science-fiction, mais un Star Wars moyen.

Avec une forme de manichéisme que je n’apprécie pas outre mesure, je vais tenter d’expliquer cette assertion, je vous dois bien ça.

Le côté lumineux

La jeunesse du casting est un fait nécessaire et réussi. Nouvelle époque, nouvelle trilogie, nouvelles têtes, cela semblait évident. Le choix fut judicieux pour la majorité d’entre eux. Daisy Ridley dans le rôle de Rey ou de Adam Driver en tant que Kylo Ren sont selon moi les vraies réussites de ce film, même si le second ne fait pas l’unanimité.

Des images à couper le souffle. Franchement, le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a de la gueule. J.J. Abrams n’est pas un troufion de base dans l’armée du cinéma et il le prouve haut la main avec une réalisation aux petits oignons. Ne serait-ce que le plan d’ouverture sur le vaisseau du Premier Ordre, la classe des poursuites en vaisseaux ou les jeux de lumière des sabres lasers. Un orgasme visuel.

Un fan service dosé. Quand je dis “dosé”, il y en avait évidemment partout ! Mais sans pour autant s’afficher avec la subtilité d’un Jar Jar Binks, les différentes anecdotes à la trilogie originale font plus que plaisir à saisir. “Scavenger scum” ! Cela émoustille notre âme d’enfant et réveille ce sentiment du “bon vieux temps”.

Le côté obscur

Hélas, le dernier point positif fait également l’un des problèmes principaux du film. Ses références à la trilogie d’origine vont si loin que même le scénario en pâtit, et le mot est faible. Soyons honnêtes, qui n’a pas saisi le copier-coller du scénario de l’épisode IV – Un Nouvel Espoir ? La planète de sable, le robot perdu avec un message important, l’orphelin doué en mécanique, la grosse base stellaire prête à tout casser; dois-je continuer ?

Deuxième vrai problème ; le rythme. J’ai eu beau faire l’effort de les capter, les moments de pause sont bien trop peu nombreux et/ou mal gérés. On enchaîne action sur action, de temps en temps une forme de contre rythme nostalgique et puis c’est reparti pour la danse effrénée. Cela en devient fatigant, voire blasant, surtout si l’on voit les choses venir.

SI la jeunesse amène quelque chose d’intéressant, le moins que l’on puisse dire c’est que les anciens font… ancien. Lapalisse n’aurait pas dit mieux. Chewbacca et Han Solo sont heureusement à une hauteur en demi-teinte de l’attente, mais le personnage de Leia, si elle n’a pas perdu son goût douteux en matière de coiffure, a perdu de son flegme et de son charme.

Un dernier espoir

Je vais peut-être en choquer quelques-uns, mais ma plus plaisante surprise fut le personnage de Kylo Ren et c’est un point que je veux défendre ici.

On a fusillé le “grand méchant” du film sans pitié. “Il ne fait pas méchant”, “c’est un gamin”, “oh là ! Garde ton masque !”. Je ne continuerai pas.

Kylo Ren, a.k.a. Ben Solo, est perdu. Il a été séduit par le côté obscur et est dans un doute permanent en venant à prier devant un casque à moitié fondu pour ne pas rebasculer du côté lumineux. Ce pauvre garçon ne sait pas où il en est, il veut se persuader de sa place et se forcer à ne plus douter.

Le choix et le jeu de l’acteur sont en parfaite cohérence avec ce statut. Kylo n’est pas le grand méchant que l’on attendait ? C’est normal, il ne doit pas l’être. C’est un méchant dans le doute, qui ne sait pas quoi faire, qui se cherche. Qui n’a pas jouit sur le siège devant lui au tout début lorsqu’il bloque ce rayon laser avec la Force ? Ou quand il pète un câble sur l’ordinateur de contrôle ? Si vous n’étiez pas trop occupé à hurler d’indignation lorsque vous savez qui a subi vous savez quoi, n’avez-vous pas remarqué la qualité de sa prestation dans le rôle de l’enfant en plein dilemme ?

Kylo Ren est le personnage que j’ai préféré dans ce Star Wars. Loin devant le figurant Finn qui n’amène que très peu de chose à l’histoire si ce n’est un vaisseau pour faire avancer l’intrigue malgré lui. Et Rey joue son rôle, malgré un peu de “ta gueule, c’est la Force, tu ne peux pas test”. Je ne parlerai pas du personnage de Po qui… est là.

En somme, un Star Wars mitigé, mais une saga qui peut s’avérer prometteuse. Comment l’entraînement de Rey auprès de vous-savez-qui va-t-il se passer ? Comment va tourner Kylo Ren ? Comment va réagir le Premier Ordre ? Qui sont les chevaliers de Ren ?
Tant de questions qui ouvrent le monde des possibles pour la suite de la saga et qui n’attendent que de trouver leurs réponses.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.