Drame·Film·Historique·Romance

Romance colonialiste en demi-teinte

mv5bmtu2oty5ntm3m15bml5banbnxkftztgwmda1mdyxnje-_v1_uy268_cr30182268_al_À croire que les films sur la colonisation/décolonisation sont vraiment à la mode. L’Espagne s’offre également un mea-culpa sur l’une de ses colonies : la Guinée (a.k.a. Guinée équatoriale). Nous parlons aujourd’hui de Palmeras en la Nieve – Palmier dans la neige – de Fernando González Molina.

J’ai toujours adoré les films espagnols. Ils arborent toujours une atmosphère particulière que je trouve presque dépaysante. Ajoutez à cela l’aspect chantant de la langue, combo gagnant, bien que mes restes de secondaire ne me permettent hélas pas de me passer de sous-titres.

À propos de la réalisation, c’est bien foutu. Cependant, c’est loin d’être fou. Sobre et efficace, on voit très vite que la beauté vient principalement des paysages verdoyants du pays. Après tout, quand on parle d’asservissement et de maltraitance, on ne peut pas faire le foufou non plus. Mais, en attendait-on vraiment plus ?

La palette d’acteurs, que je ne commenterai pas vu mon inculture dans le cinéma de nos voisins ibériques, peut se vanter d’offrir une prestation très honorable. L’expression des émotions et la qualité de leur jeu sont louables, si ce n’était le dernier point.

Résultat de recherche d'images pour "palm trees in the snow wikipedia.fr"Hélas, nos palmiers se perdent dans la neige d’un scénario qui, comme j’aime à le dire, a le cul entre deux chaises. Alors que « 12 years a slave » en devient presque impossible à regarder tant il est dur et poignant, ici il y a un manque d’enfoncement du clou.

Le film nous raconte l’époque de transition entre la gouvernance espagnole de la Guinée et son indépendance, sur fond d’une quête familiale peu crédible. « Papa envoyait de l’argent là-bas, je veux savoir pourquoi ». D’accord, après tout pourquoi pas. Cependant, cette quête du personnage officiellement principal, mais qui se révèle plus que secondaire, est totalement superflue et n’apporte rien d’intéressant sur le fond.

Si le but était de montrer la douleur de la Guinée sous le joug hispanique, le coup est dans l’eau. Jamais, je ne me suis senti attrapé aux viscères pour ces pauvres bougres. Il y a certes des scènes qui pinceront la corde sensible, mais rien de transcendant. Pire encore ! On en vient presque à prendre en pitié le mauvais côté du fouet, lorsque de pauvres espagnols bien malheureux sont expulsés de force par ces méchants guinéens. Les pauvres, vraiment. Que penser alors ?

Résultat de recherche d'images pour "palm trees in the snow movie"

In fine, on passe un moment sympathique pour le peu que l’on surpasse les lenteurs du scénario ou les incohérences qui nous tombent un peu là. Je veux dire, le film s’octroie même la fameuse scène de sexe torride au milieu, souvent gage des films médiocres, pour essayer de relancer un peu l’intérêt du spectateur. Fernando González Molina réalise donc ici un bel effort, mais aurait pu/dû mieux faire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.