Animation·Film

Un doux voyage à dos de tortue – La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit

331256Film d’animation primé à Cannes en 2016, La Tortue Rouge de Michael Dudok de Wit est arrivé un peu par hasard dans ma liste. Le hasard a-t-il bien fait les choses ?

Le film nous raconte l’histoire d’un naufragé maintenu sur une île par une force invisible coulant le moindre radeau qu’il réussit à construire. À force de tentatives, il rencontre une tortue rouge – au vraiment ? – et l’histoire va se développer de manière assez inattendue et fantastique à partir de ce point.

Grand fan des films d’animation modernes (Dreamworks, Pixar pour ne citer qu’eux), j’ai dû m’habituer au style graphique apporté par l’équipe de la Princesse Mononoké. Le trait et la colorisation me rappellent énormément le monde de la BD. En bon belge, j’ai tout de suite pensé à Tintin ou Blake et Mortimer. Une fois l’œil familiarisé, c’est excessivement plaisant. Les vastes décores épurés, les animations de l’eau, le grain rappelant le papier, tant de détails qui rendent ce film une festivité pour les yeux.

Passé le visuel, il faut se pencher – du moins l’oreille – sur le son. Enfin pour ce qu’il y en a, car, à part quelques cris près de temps à autre, nos protagonistes ne parlent jamais. Malgré cette absence de dialogue, le cheminement reste clair et lisible, voire même cela exaspère et embellit les situations. Les émotions remplaçants les mots, le spectateur crée lui-même son ressenti, plutôt que de se le faire suggérer. Pour finir sur le sujet : la musique. Très discrète, elle crée une atmosphère légère ne se montrant ostensiblement que très rarement.

la-tortue-rouge-explication

Tous ces détails autant visuels qu’auditifs véhiculent une histoire et une morale poignante. Je ne vais pas verser dans le spoile, ce n’est pas mon genre, n’est-ce pas ? Et puis, en plus, je ne suis même pas sûr d’avoir tout compris. Je vais m’offrir un, voire deux nouveaux visionnages pour être bien sûr de percuter – la balle ! – puis nous en reparlerons peut-être.

Je peux cependant vous dire que cette histoire vous prendra aux tripes si vous lui apportez quelques minutes de réflexion. Pour le peu que vous appréciez les films forçant le questionnement et l’usage de matière grise, le tout dans un emballage agréable et rafraîchissant : cela devrait vous plaire.

 

 

Un commentaire sur “Un doux voyage à dos de tortue – La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.