Aventure·Roman·Science-fiction

Dark Bane : La dynastie du mal de Drew Karpyshyn

51i6jwcikrl

Nous y voilà, je referme enfin le dernier épisode de la trilogie consacrée à Darth Bane, le seigneur Sith fondateur de la règle des deux. J’ai mis un peu de temps pour m’y mettre et, grâce à ça, j’ai pu apprécier d’autant plus le talent de ce cher Drew Karpyshyn. Qu’est-ce que cette Dynastie du mal m’a laissé comme arrière-goût ? Voyons ça tout de suite.

Tout d’abord, prenons quelques instants pour marquer un premier point concernant l’écart entre la lecture du précédent opus et celui-ci. J’ai dû laisser environ un an. Oui, honte à moi, mais je voulais me changer les idées.

Cela étant, l’histoire est cousue main, les références et les souvenirs sont toujours aussi bien amenés et remémorés, si bien qu’il est presque impossible de ne pas comprendre qui est qui ou ce qui se passe. Mon grand écart temporel n’a donc en rien gâché mon plaisir.

C’est avec une joie sans cesse renouvelé que j’ai retrouvé le calculateur Darth Bane et sa séduisante apprentie, Darth Zannah.

Ces deux personnages sont toujours aussi bien ficelés et fidèles à eux-mêmes comparés aux précédents romans et, comme à chaque fois – décidément – des éléments supplémentaires viennent les complexifier pour notre plus grand plaisir.

La construction de l’intrigue est particulièrement intéressante. Débutant sur la frustration de Darth Bane de ne pas voir son apprentie le défier pour lui ravir le manteau de maître, notre chauve ténébreux se lance en quête de l’immortalité et cherche à la remplacer par la même occasion.

De son côté, notre ravissante sorcière sith sent le vent tourner et se dit qu’il lui faut saisir sa chance pour prendre enfin la place qui lui est due à la tête de l’Ordre et elle commence alors bien sûr à chercher son propre futur apprenti.

Chacune de ces deux quêtes élabore petit à petit l’aspect psychologique de nos héros malveillants, chaque personnage secondaire amenant une nouvelle pierre à l’édifice de leur personnalité. Nous découvrons un Bane outrecuidant de sa puissance et qui doit en payer le prix. Ainsi qu’une Zannah qui doit faire face à ses propres choix et en assumer les conséquences.

Grâce à eux, j’ai retrouvé un engouement à la lecture et je n’ai, pour ainsi dire, zappé aucun passage. Contrairement au précédent tome où, par moments, les choses tiraient en longueur. Je ne vais pas le cacher, je l’ai dévoré en 4 jours, ça se pose là.

Je n’oserai pas vous révéler le dénouement qui, personnellement, est un point d’orgue magistral à cette saga, fidèle aux personnages et pleine de détails psychologiques très intéressants. Le personnage de Darth Cognus est particulièrement fascinant dès les premières pages.

Vous l’aurez compris, Darth Bane : La Dynastie du mal est un excellent roman Star Wars avec tout ce que l’on aime dans cette galaxie lointaine, il y a bien longtemps, où Drew Karpyshyn nous emmène encore une fois avec un tel brio qu’il serait dommage de ne pas en profiter.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.