Action·Fantasy·Film

Bleach de Shinsuke Sato

Résultat de recherche d'images pour "bleach 2018"Dans la vague d’adaptations de manga sponsorisée par Neftlix, le dernier né est Bleach de Shinsuke Sato. Le manga, puis l’anime, qui ont tous les deux pris une place relativement importante pour les fans, arrivent en live action movie dans un climat plutôt dubitatif vis-à-vis de cette tendance.

Après le terrible Death Note et le discutable Fullmetal Alchimist, tout deux produits par le géant du streaming, la patte du réalisateur de Gantz portera-t-elle des fruits plus savoureux ?

L’histoire reprend les éléments du premier arc du manga. Y sont introduits donc les notions de Shinigami, dieu de la mort qui aide les âmes en peine à passer de l’autre côté, ainsi que le personnage d’Ichigo.

Nous découvrons notre protagoniste à travers un flash back de sa jeunesse lors du décès de sa mère dans des événements étranges. Sa présentation est très fidèle à celle du matérieau d’origine. Il est buté, très à cheval sur ses principes et assez taciturne. Arrive alors Rukia une shinigami en mission qui va trouber la vie pépère de notre héros aux cheveux oranges.

Par rapport à l’histoire, le film se débrouille bien. Les éléments sont fidèles à ceux d’origine et les adaptations, car oui on ne peut pas être fidèle à 100% il faut couper quelque part, ne jurent pas avec l’ensemble.

La majrotié des personnages est bien introduite, on comprend très vite qui est qui, ainsi que les relations qui les lient. Le scénario est cohérent et chemine tranquillement de péripétie en péripétie, chaque élément perturbateur ayant un sens – ou presque.

Résultat de recherche d'images pour "bleach 2018"

En vrai, ça commence plutôt pas mal, non ? Mais, comme d’habitude, c’était trop beau pour être vrai.

Non, il ne s’agit toujours pas du graal tant recherché de l’adaptation ultime de manga. Ces petites éloges se cantonnent à la première partie et partent totalement en vrille lors de la seconde.

Je conçois et accepte que dans une adaptation, on « s’adapte » au changement de média, mais pas au point de chier sur la table – désolé, je suis vulgaire, mais ça m’énerve. Un peu de jugeotte que diable !

Parmi les points qui m’ont totalement sorti du film, nous trouvons la mise en scène. C’est du Bollywood nippon. On aime ou on n’aime pas, mais je n’accroche pas du tout.

Les cascades sont assez mal gérées, on sent le fake. Autant dans un anime, si le héros se prend une mandale et vole sur plusieurs mètres en grinçant des dents, c’est classe. Ici, c’est moche.

Les expressions faciales sont exagérées à l’excès pour tenter de retranscrire les émotions des personnages, comme on le ferait dans un anime. Cependant, encore une fois, si cela passe dans un dessin, cela devient grotesque et ridicule sur un vrai visage. Les acteurs donnent juste l’impression de continuellement surjouer, ce qui est plus qu’agaçant.

Cristalisation de ma sortie complète du film, les deux « antagonistes » que sont Renji et Byakuya. Notre shinigami aux cheveux rouges passent pour un ado en recherche d’acceptation : je suis rebelle, regardez-moi ! J’ai la classe, T’AS VU COMME J’AI LA CLASSE !

Résultat de recherche d'images pour "bleach 2018 renji"Je ne sais comment dire à quel point ce personnage m’est sorti par les trous de nez tellement il est agaçant, exagéré, grotesque. Il a totalement perdu son charisme originel. L’acteur affiche des grimaces risibles pour retranscrire la furstration ou le dédain, bref, il est complètement raté.

Byakuya, LE capitaine de la Division 6, probablement le plus classe en mode « émo tourmanté je mange des chauves-souris dans le garage de mes parents » est ri-di-cule. Je pourrais déveloper sur son costume qui ressemble à un mauvais cosplay de Skrillex. Je ne resterai cependant que sur le dernier combat où il doit s’y reprendre à 4 fois pour mettre Ichigo au sol et où il remet 4 fois son zanpakuto – sabre – au fourreau de la même manière, avec une pose soi-disant stylée. Cela aurait pu l’être, mais dû à la répétition, il passe juste pour une racaille des bacs-à-sable. C’est risible et triste quand on connait le personnage.

Résultat de recherche d'images pour "bleach 2018"

Je commence à avoir chaud, donc je vais m’arrêter ici.

Bien que l’histoire de Bleach en elle-même soit correctement adaptée, je pense que ce film ne rencontrera qu’un très maigre succès. Probablement dû à l’écart de culture et d’attente – ou à de la maladresse pure et dure – notre public ne pourra pas le regarder et l’apprécier sérieusement. Du moins, c’était mon cas, ma parole n’est pas évangile, nous sommes d’accord. Shinksuke Sato avait réussi son sprint dans les premiers mètres, mais c’est lamentablement essoufflé. Bon, ça arrive à tout le monde de se planter !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.