Drame·Récit de vie·Romance·Série

Sex Education, créée par Laurie Nunn

Image associée

Parfois, nous sommes faibles. Nous voulons regarder des choses intéressantes, enrichissantes ou tout autre adjectif en -antes. Et parfois, on prend une série un peu clickbaite sans trop savoir à quoi s’attendre. Mais je mentirais en disant que c’était le cas pour Sex Education de Laurie Nunn. Je m’attendais à quelque chose.

Je pensais y trouver une énième série dépeignant des ados soit frustrés, soit accros au sexe, des comportements puérils et premiers degrés, le tout baignant dans une soupe intellectuellement limitée.

Oui, ce n’était pas bandant, je ne vous le fais pas dire. Lire la suite « Sex Education, créée par Laurie Nunn »

Animation·Drame·Film·Récit de vie

The Breadwinner de Nora Towmey

Résultat de recherche d'images pour Je ne cache jamais mon aversion pour certaines traductions de titres. Que cela soit pour des romans ou des films, je pense que la France fait pire que mieux. Mais soit ! Une fois n’est donc pas coutume et nous allons parler aujourd’hui de The Breadwinner réalisé par Nora Towmey, traduit « Parvana, une enfance en Afghanistan » – ou comment transformer un titre subtil en celui d’un documentaire Arte.

Adapté du roman éponyme de Deborah Ellis, il est produit par nulle autre que l’ambassadrice de l’UNICEF Angelina Jolie, ce qui pourrait donc expliquer le ton et le message engagés que le film véhicule. Eh oui, ici, il sera question, comme le titre documentaire Arte le sous-entend, de la vie en Afghanistan sous le régime taliban. Lire la suite « The Breadwinner de Nora Towmey »

Drame·Film·Science-fiction·Thriller

Bird Box de Susanne Bier

Résultat de recherche d'images pour "bird box netflix poster"Pour une fois depuis longtemps, je surfe plus ou moins sur la vague – enfin la fin de la vague. En effet, alors que la sélection naturelle fait son œuvre avec le challenge éponyme, il est temps pour nous de parler aujourd’hui de Bird Box, réalisé par Susanne Bier et adapté du roman de Josh Malerman. 

Avec une affiche pas piquée des hannetons – Sandra Bullock (Malorie), John Malkovich (Douglas), Sarah Paulson (Jessica) ou encore Jacki Weaver (Cheryl) – nous débarquons dans un monde apocalyptique où des créatures plongent les gens dans une profonde tristesse suicidaire au moindre regard. D’où l’idée principale de ce film : don’t look ! (“Ne regardez pas”). 

Un peu sceptique quant aux productions longs-métrages Netflixien, la boite aux oiseaux sera-t-elle une exception qui me redonnera un semblant d’enthousiasme ? 

Lire la suite « Bird Box de Susanne Bier »

Drame·Roman·Science-fiction

Darth Plagueis de James Luceno

Résultat de recherche d'images pour Ah Star Wars … Une saga imprimée autant en dents de scie que celle sur grand écran qui, pourtant, continue de faire rêver. Après une excellente trilogie sur Darth Bane, nous restons aujourd’hui du côté obscur de la Force.  Il sera cas ni plus, ni moins, que du Seigneur Noir qui a orchestré la fin de la République et mené à la chute des Jedi. Pour votre plus grand plaisir – et surtout le mien – un petit avis sur Darth Plagueis, de James Luceno.

Alors Adri, je ne veux pas passer pour le geek de service, mais c’est Darth Sidious qui a renversé les Jedi.

Et tout le monde serait d’accord avec ça ! Pourtant, grâce à James Luceno, nous découvrons que les choses sont loin d’être aussi simple. Lire la suite « Darth Plagueis de James Luceno »

Drame·Série·Thriller

Le monde est sans pitié. Lui aussi – House of Cards

Résultat de recherche d'images pour "house of cards"

Il y a des fins de séries qui me font vibrés : Breaking Bad. Et il y a des fins de séries qui m’énervent : How I met your mother. Alors crois-moi quand je dis que j’espérais énormément que la série du jour ferait partie de la première catégorie, plutôt que de la voir s’échouer dans la seconde.

Après un binge watching plutôt soft – 8 épisodes c’est pas la mort – nous pouvons enfin parler de la feu série étendard de l’ogre Netflixien, adaptée de la série éponyme britannique : House of Cards ! Lire la suite « Le monde est sans pitié. Lui aussi – House of Cards »

Drame·Film·Policier·Thriller

Qui est l’otage de qui ? – Money Monster de Jodie Foster

onesheetAujourd’hui, mon cher Gaston, nous règlerons le cas de Money Monster. Outre le fait de nous proposer une nouvelle version du duo George Clooney – Julia Roberts, ce film est réalisé par Jodie Foster. Cela m’excite, vois-tu, car déjà que j’adore cette actrice sur bien des points (intelligence, charme, charisme, talent, classe, elle parle français, …), je n’ai encore jamais eu la chance de voir une de ses réalisations – mis à part l’épisode 22 de House Cards vu que je les ai tous vu !

Allez, je vois que tu trépignes, on va tout de suite passer au vif du sujet.

Que nous raconte ce Money Monster ?

Nous découvrons notre Georgie en animateur d’une émission où il donne des conseils pour investir en bourse. Si, comme moi, ton estime de ce genre d’activité ne vole pas très haut, tu comprendras très vite que j’ai eu une première impression assez acide sur le sujet traité. Lire la suite « Qui est l’otage de qui ? – Money Monster de Jodie Foster »

Drame·Film·Romance·Science-fiction

He, her and Arthur – Passengers de Morten Tyldum

Dans l’espace, personne ne vous entendra déprimer

C’est un peu l’idée de ce Passengers de Morten Tyldum, où nous commençons à suivre les différentes phases de la déprime de Chris Pratt, voyageur interstellaire réveillé bien avant l’heure, 90 ans tout de même, lors de son voyage vers la terre promise : une colonie paradisiaque où tout recommencer.
Alors que sa vie se résume à picoler du whisky en compagnie d’un robot-barman, arrive la charmante Jennifer Lawrence qui va animer tout ça. Apportant également son lot de boulettes techniques dans la machinerie si parfaite du vaisseau.

Voilà tout ce que je me permettrai de vous révéler de l’intrigue. Maintenant : à table ! Lire la suite « He, her and Arthur – Passengers de Morten Tyldum »

Drame·Film·Historique

Preuve qu’il est possible de raconter deux histoires en même temps

550863Colonia, c’est l’histoire d’une dictature dont on ne parle, finalement, pas si souvent. Florian Gallenberger nous offre ici sa vision d’une histoire vraie, celle de la Colonia Dignidad et de sa relation avec le Chili de Pinochet.

Je pose la carte « Honnêteté » et reconnais que jusqu’à ce que je vois ce film, je n’avais aucune idée de cette fameuse colonie, mixe entre un camp de vacances et un goulag. Peu évoqué, du moins de notre côté de l’océan, le cas du Chili n’a pas à envier ses confrères du vieux continent. Et cela, l’histoire de Lena (Emma Watson) et Daniel (Daniel Brühl) compte bien vous le faire comprendre. Lire la suite « Preuve qu’il est possible de raconter deux histoires en même temps »

Drame·Film·Romance

Soft-porn non assumé

fifty_shades_of_grey_posterJe donne à ce chef-d’œuvre la note de 3/10 et je n’en ferai pas plus vu la perte de temps que ce film fut déjà.

1 – Un scénario vide. On suit le manque d’action en se demandant quand cela va vraiment commencer. Quand cela semble bouger un peu, on se rend compte que le film est, j’adore vraiment dire ça, le cul entre deux chaises. Maso, mais pas trop, faudrait pas choquer les PEGI 12 autorisés à entrer dans la salle. Scène de « sexe », même refrain. Et on déboule sur le dénouement comme une femme devant un éjaculateur précoce, mêlant surprise et déception : « Ah … bon. Déjà ? » Entre vide de sens et fainéantise intellectuelle, où doit-on se placer ?

2 – Des acteurs oubliables au possible si ce n’était l’apparition récurrente des seins et des fesses de ladite Anastasia. Comme quoi, quand on n’a rien à dire et qu’on est une gourdasse ventant le fait que tant que le portefeuille est plein, tout va bien, autant se foutre à poil. ça compense. Et attention, ici je parle du personnage. Je ne peux pas juger de l’actrice sur sa non-performance.

3 – Une bande-son sympathique pourtant qui aurait pu aider à porter ce film qui, malgré l’apparente pauvreté de l’oeuvre originale, pourrait offrir plus. Les souffrances de Christian ? L’incertitude d’Anastasia ? Pourquoi ? Qui ? Comment ? Ah, non. Tant pis.

En conclusion, un film en total paradoxe avec la société actuelle, où l’on gueule parce que « mademoiselle », c’est sexiste, mais se faire fouetter par un milliardaire, ça émoustille les ménagères en manque de perversité grand publique. Comme quoi, l’argent achète bien des choses…

Drame·Film

Not my fucking tempo !

1200x630bbPour l’ignorant en Jazz que je suis, le titre m’a plutôt effrayé, pensant que Christian Grey allait, encore, venir ruiner un de mes visionnages. J’adore me tromper ainsi.

L’histoire d’un jeune artiste souhaitant réussir. L’histoire fut vue et revue à un point qu’on s’en lasserait presque. Attention, j’ai dit « presque ».

Ce « presque » comprend une narration parfaitement maîtrisée où l’on ne perd pas une seconde le fil de l’histoire. Un crescendo bien mesuré, « Not my fucking tempo ! », qui nous emmène du petit étudiant batteur sympathique, un peu timide, vers le batteur confirmé, obsédé et confus.

Lire la suite « Not my fucking tempo ! »