Drame·Film·Historique·Romance

Romance colonialiste en demi-teinte

mv5bmtu2oty5ntm3m15bml5banbnxkftztgwmda1mdyxnje-_v1_uy268_cr30182268_al_À croire que les films sur la colonisation/décolonisation sont vraiment à la mode. L’Espagne s’offre également un mea-culpa sur l’une de ses colonies : la Guinée (a.k.a. Guinée équatoriale). Nous parlons aujourd’hui de Palmeras en la Nieve – Palmier dans la neige – de Fernando González Molina.

J’ai toujours adoré les films espagnols. Ils arborent toujours une atmosphère particulière que je trouve presque dépaysante. Ajoutez à cela l’aspect chantant de la langue, combo gagnant, bien que mes restes de secondaire ne me permettent hélas pas de me passer de sous-titres. Lire la suite « Romance colonialiste en demi-teinte »

Aventure·Drame·Fantasy·Film

Un vent de fraîcheur, mais on ne réinvente pas la roue

538779En tant que grand amateur des épopées Disney, je suis très content de cette ère de rajeunissement. Après Cendrillon, Le Livre de la Jungle subit ce souffle de jeunesse numérique avec un certain succès.

En soi, l’histoire est à peu de chose près exactement la même. Nous retrouvons toujours notre petit orphelin en culotte rouge qui traverse la forêt pour rejoindre le village des Hommes.

La compagnie se colore toujours d’une ménagerie hétéroclite, bien que les relations entre chaque personnage soient légèrement soit modifiées, soit exacerbées. En effet, on apprécie par exemple un développement bien plus complet et intéressant de la relation entre Mowgli et la meute de loups. Ou encore la place qu’occupe ladite meute au milieu de la faune de la jungle. Lire la suite « Un vent de fraîcheur, mais on ne réinvente pas la roue »

Film·Science-fiction

Quelque chose s’est réveillé, mais quoi ?

052074Comme toutes personnes sensées ayant connu l’engouement pour les deux premières trilogies, il est évident que je me suis rué dans mon cinéma local pour assister à ce retour de la saga Star Wars sur le grand écran. C’était il y a un an.

Cependant, par honnêteté, je n’ai pas voulu me baser sur les brumes de souvenir que j’en ai gardé. Je me suis donc replongé dans l’oeuvre de J.J. Abrams une nouvelle fois avant d’écrire cette critique. Ai-je bien fait ?

J’ai passé un réel bon moment, je ne peux pas le nier. Le trouble reste malgré tout présent alors que les pour et les contre s’alignent. Je vais peut-être faire gueuler les fans inconditionnels de la licence, et les autres, mais je ne peux résumer cette expérience qu’ainsi : C’est un bon film de science-fiction, mais un Star Wars moyen. Lire la suite « Quelque chose s’est réveillé, mais quoi ? »

Fantasy·Film

Commencement en fanfare ?

574116Posons le décor : je suis un fan de la licence Warcraft, je suis passionné par le Lore de Warcraft et j’ai apprécié de ce film. Et je sais que la deuxième assertion ne colle pas avec la troisième, et alors ?

Le cas de Warcraft : Le Commencement de Duncan Jones est complexe; voire compliqué. En tout cas, loin d’être facile.

Ce film a mis du temps à nous arriver. En effet, entre le secret de réalisation, les reports, les indécisions, les hésitations, les recalibrages ; je perdais presque espoir de le voir enfin à l’écran. La patience est une vertu et il ne faut pas perdre espoir. Mais, ce film est-il à la hauteur de l’espoir que l’on lui offrait ? Lire la suite « Commencement en fanfare ? »

Comédie·Film·Romance

L’auberge Espagnole d’Adribert

affiche

Ce film fait probablement partie des : plus je les regarde, plus je les aime.

Nous parlons donc ici de Xavier, jeune ado plus boutonneux, qui, pour décrocher un emploi, part faire un Erasmus à Barcelone.
Déjà, le sujet parlera à beaucoup d’étudiants en mal de faire briller leur diplôme. Xavier est comme nous. Il veut un boulot, il sait qu’il va galérer à avoir une bonne place, alors il fait ce qui est nécessaire pour l’avoir. Quitte à partir à l’aventure dans un pays étranger. Lire la suite « L’auberge Espagnole d’Adribert »